Bouygues Telecom
Bouygues Telecom
VN:RO [1.9.22_1171]

Bouygues Telecom

Bouygues Telecom propose des forfaits mobile pour votre téléphone portable, mais aussi des offres ADSL et internet haut débit avec la Bbox fibre.

altice-bouygues-telecom

Altice et Bouygues Telecom : on en est-où ?

Par Nicolas, le 25-02-2015 dans Bouygues Telecom, Commentez

Après SFR, le groupe Altice souhaiterait s’attaquer au rachat de l’opérateur Bouygues Telecom. Entre les rumeurs et les démentis, il est difficile d’y voir clair. Voici quelques éléments pour faire la lumière sur ce potentiel nouveau rachat du géant Altice.

Altice est sur tous les coups ?

Le groupe Altice est un vorace, et après le rachat de SFR, il ne compte pas en rester là si l’on écoute les bruits de couloir. Selon les rumeurs, le patron, à savoir Patrick Drahi, serait en train d’étudier les possibilités pour racheter Bouygues Telecom. La question n’est pas financière, car Altice dispose de reins solides, mais bien réglementaire.

En effet, une situation de monopole serait automatique, et, il en resterait qu’Orange pour faire le poids. N’oublions pas que Altice a racheté SFR, mais aussi Virgin Mobile. Ainsi, son « poids » économique est important sur la niche grand public, mais aussi sur la niche sans engagement. Selon Bouygues Telecom, aucune négociation n’est en cours.

Quel prix pour Bouygues Telecom ?

Selon les estimations des plus éminents observateurs, le groupe de télécommunication Bouygues Telecom pèserait environ 8 milliards d’euros. Après SFR et Portugal Telecom, Altice achèterait de nouveau un gros poisson du secteur. Pour rappel, Bouygues Telecom n’avait pas dit un « non » ferme à son homologue libanais en septembre dernier. Cette porte entre-ouverte a donc été vraisemblablement poussée par le patron de Bouygues Telecom.

Selon Altice, le rachat de Bouygues Telecom pourrait être validé par les instances juridiques françaises. La condition sine qua non serait qu’aucune perte d’emplois ne se déroule lors de cette fusion des 2 géants. Il est important de souligner que le gouvernement souhaite qu’il n’y ait que 3 opérateurs majeurs, et non, 4 comme actuellement.

Selon nos gouvernants, il serait ainsi peu probable qu’une guerre des prix soit entérinée, ce qui est synonyme de la préservation des emplois liés. En somme, il ne s’agit pour l’instant que de rumeurs, et, nous vous tiendrons informés.

Commentez cet article !

Article précedent :

Article suivant :